Le bénéfice des cellules souches pour le traitement des fistules anales de Crohn se maintient-il dans le temps ?
Société Savante des Maladies et Cancers de l'Appareil Digestif

Degré d'innovation
Important

Avancement
Validé

Impact patient

Impact soin
Important

Intérêt

Arrivée dans la pratique
Confirmation

Rédacteur
Professeur Laurent SIPROUDHIS

Enthousiasme

À la une 31/05/2022

Le bénéfice des cellules souches pour le traitement des fistules anales de Crohn se maintient-il dans le temps ?

Le traitement des fistules anales de Crohn reste une situation de prise en charge thérapeutique complexe parce que les séquences sont nombreuses, les interventions chirurgicales sont répétées et le retentissement sur la qualité de vie est majeur.

 

Les recommandations reposent sur le drainage des collections profondes, l’introduction ou l’optimisation d’une biothérapie et souvent le recours à un traitement antibiotique. On dispose depuis deux ans d’une alternative mini invasive de traitement des suppurations drainées mais en échec de biothérapie. Elle repose sur l’obturation chirurgicale de l’orifice interne et l’injection de cellules souches allogéniques d’origine adipocytaire pour laquelle l’AMM a été obtenue dans le sillage de l’essai multicentrique ADMIRE CD.

 

Ce sont les malades de cet essai qui ont fait l’objet d’un suivi au-delà de la première année de suivi (parmi les centres qui ont accepté l’extraction des données au-delà de la période de l’étude). L’analyse rétrospective du maintien de la réponse annuelle apporte les éléments suivants. Parmi les 29/43 (67,4 %) qui ont eu une réponse thérapeutique franche un an après l’injection de cellules souches, un tiers ont rechuté avant la fin de la seconde année (34,5 % ; 10/29), et un peu moins de la moitié avant la fin de la troisième année de suivi (44,8 % ; 13/29). La proportion des malades qui rechutait n’était pas différente des répondeurs du bras contrôle (fermeture seule de l’orifice interne) suivi pendant cette période. Si l’on prenait en considération les malades initialement randomisés et traités, seuls 37 % des malades tiraient un bénéfice à trois ans d’une injection de Davrastrocel. Les données de sécurité d’utilisation étaient excellentes sans événement indésirable notamment carcinologique rapporté. Les auteurs concluent que la rémission se maintient durablement chez 55 % des répondeurs.

 

Commentaires
 

Les auteurs de ce travail considèrent à juste titre que plus de la moitié des répondeurs ont une réponse soutenue à une procédure unique après trois ans de suivi et sans qu’il soit nécessaire d’envisager des escalades des biothérapies ou de chirurgies itératives. On peut avoir une lecture cependant moins optimiste quand seul un tiers des malades traités tire un bénéfice durable. Qui plus est, l’efficacité de la méthode à un an ne permet pas d’espérer une proportion de rechutes moins importante à deux ou trois ans que la simple chirurgie d’obturation de l'orifice interne. Il faut rester prudent parce que les effectifs d’analyse sont réduits, les malades sélectionnés pour un essai contrôlé, l’analyse est faite a posteriori et les critères de réponse thérapeutique sont grossiers. Ce constat appelle plusieurs commentaires : i) l’absence de franche réponse anatomique sur les données IRM de l’étude ADMIRE aurait dû nous faire craindre un risque de récidive élevé, ii) les critères de réponse utilisés dans la plupart des essais analysant l’efficacité thérapeutique des fistules ne peut plus reposer sur une évaluation clinique perfectible (qui surestiment la proportion de répondeurs), iii) les propriétés des cellules souches semblent s’inscrire plutôt dans le registre de leur vertu anti inflammatoire que dans celle de la cicatrisation (ou de la fermeture complète des fistules). Ces réflexions ont un impact immédiat dans le dialogue qu’on saura établir avec les patients (réponse clinique plutôt que « cicatrisation » ou « super cicatrisation ») et avec les autorités de santé (peut-on retraiter les patients et à quel prix ?).

Références
 
Titre :

Le bénéfice des cellules souches pour le traitement des fistules anales de Crohn se maintient-il dans le temps ?

Titre original :

INSPECT: A Retrospective Study to Evaluate Long-term Effectiveness and Safety of Darvadstrocel in Patients With Perianal Fistulizing Crohn’s Disease Treated in the ADMIRE-CD Trial

Auteurs :

Panés J, Bouma G, Ferrante M, Kucharzik T, Nachury M, de la Portilla de Juan F, Reinisch W, Selvaggi F, Tschmelitsch J, Brett NR, Ladouceur M, Binek M, Hantsbarger G, Campbell-Hill S, Karki C, Buskens C.

Source(s) :

Article

Revue :

Inflammatory Bowel Diseases

Références biblio. :

Inflamm Bowel Dis . 2022 Jan 31;izab361. doi: 10.1093/ibd/izab361

SNFGE.org