Efficacité vaccinale des vaccins à ARN messager chez les patients atteints de MICI exposés à différentes thérapeutiques immunosuppressives
Société Savante des Maladies et Cancers de l'Appareil Digestif

Degré d'innovation
Important

Avancement
Validé

Impact patient

Impact soin
Important

Intérêt

Arrivée dans la pratique
Futur proche

Rédacteur
Professeur Aurélien AMIOT

Enthousiasme

À la une 23/11/2021

Efficacité vaccinale des vaccins à ARN messager chez les patients atteints de MICI exposés à différentes thérapeutiques immunosuppressives

Depuis le début de la campagne de vaccination contre le SRAS-CoV-2, la question de l’efficacité des vaccins à ARNm chez les patients immunodéprimés, a fait l’objet de maintes controverses.

 

Les patients traités par des chimiothérapies lymphopéniantes, par rituximab ou porteurs d’un déficit immunitaire primitif, ont présenté des réponses vaccinales insuffisantes avec un schéma à 2 injections et doivent recevoir une troisième injection à 28 jours de la deuxième. La question n’est par contre pas tranchée pour les patients traités par d’autres immunosuppresseurs, par biothérapie ou par des petites molécules, comme au cours des MICI.


Dans cette étude, les patients adultes appartenant au système de soin des vétérans US ont été inclus dès lors qu’un diagnostic de MICI avait été porté, qu’ils n’avaient pas contracté le COVID-19, qu’ils recevaient un traitement pour leur MICI (aminosalicylés, thiopurine, methotrexate, anti-TNF en mono ou en combothérapie, ustekinumab, vedolizumab et tofacitinib) et qu’ils avaient été suivi dans le système de soins des vétérans US depuis au moins 6 mois avant la date index (18 décembre 2020). Les patients vaccinés avec tout autre vaccins étaient exclus. Le suivi a été réalisé jusqu’au 20 avril 2021 où 7 321 sujets avaient reçu au moins 1 injection vaccinale et 6 578 (89,9 %) les deux injections. Ce groupe de patient scindé entre vaccination partielle et complète était comparé à 7 376 sujets non vaccinés. Les données étaient corrigées via un score de propension comportant toutes les variables explicatives nécessaires pour avoir des résultats interprétables.


L’efficacité de la vaccination complète était de 80,4 % contre le COVID-19, 7 jours après une vaccination complète et de 70,1% contre le COVID-19 sévère (infection COVID-19 nécessitant une hospitalisation et/ou un décès). Par contre, l’efficacité de la vaccination incomplète était de 25,1 % contre le COVID-19 et de 36,8 % contre le COVID-19 sévère. Une analyse de sensibilité n’a pas mis en évidence de différences entre les différents régimes thérapeutiques.

 

PJ : patient-jour

Commentaires
 

Ces données ont un intérêt majeur pour la prise en charge de nos patients de par la réassurance qu’elles nous apportent et également concernant la conduite à tenir concernant le schéma vaccinal à leur proposer. En effet, la proposition d’une troisième dose de vaccin à ARNm semble être un principe de précaution logique et bienveillant pour nos patients traités par immunosuppresseur. Néanmoins, il ne semble pas justifié de favoriser une troisième dose vaccinale plutôt que d’étendre la proportion de patients vaccinés dans la population générale.

Références
 
Titre :

Efficacité vaccinale des vaccins à ARN messager chez les patients atteints de MICI exposés à différentes thérapeutiques immunosuppressives

Titre original :

Effectiveness of SARS-CoV-2 vaccination in a Veterans Affairs Cohort of Inflammatory Bowel Disease Patients with Diverse Exposure to Immunosuppressive Medications

Auteurs :

Nabeel Khan, Nadim Mahmud

Source(s) :

Article

Revue :

Gastroenterology

Références biblio. :

Gastroenterology 2021 ; DOI : https://doi.org/10.1053/j.gastro.2021.05.044

Liens utiles
Gastroenterology : accès au texte intégral via rubrique Revues en ligne du site SNFGE pour membres SNFGE à jour de cotisations
   
SNFGE.org