ATTRACTION-4 : le nivolumab confirme son intérêt associé à la chimiothérapie en 1ère ligne des adénocarcinomes œso-gastriques avancés
Société Savante des Maladies et Cancers de l'Appareil Digestif

Domaine concerné
Thérapeutique

Degré d'innovation
Important

Avancement
Validé

Impact soin
Important

Intérêt

Arrivée dans la pratique
Immédiat

Rédacteur
Professeur Astrid LIÈVRE

Enthousiasme

À la une 21/06/2022

ATTRACTION-4 : le nivolumab confirme son intérêt associé à la chimiothérapie en 1ère ligne des adénocarcinomes œso-gastriques avancés

L’étude ATTRACTION-4 est une étude asiatique (Japon, Corée du Sud, Taïwan) randomisée, multicentrique de phase 2/3 visant à évaluer l’intérêt d’ajouter le nivolumab, anticorps anti-PD1, à une chimiothérapie de 1ère ligne chez des patients atteints d’un adénocarcinome avancé de l’estomac ou de la jonction œsogastrique HER2-négatif.

 

Les patients ont été randomisés pour recevoir le nivolumab (360 mg/3 semaines) ou un placebo plus une chimiothérapie à base de S-1 ou capecitabine + oxaliplatine jusqu’à la progression ou toxicité inacceptable. Les objectifs principaux étaient la survie sans progression et la survie globale en intention de traiter, quel que soit l’expression de PD-L1. Au total, 724 patients ont été randomisés.


Après un suivi médian de 26,6 mois, la survie sans progression était significativement allongée dans le bras nivolumab (10,9 vs 8,4 mois ; HR 0,70 ; IC95% : 0,57-0,86) mais il n’y avait pas de différence statistiquement significative en termes de survie globale entre les 2 groupes (17,5 vs 17,2 mois ; HR 0,90 ; IC95% : 0,75-1,08). Le taux de réponse objective était plus élevé dans le bras nivolumab (57 % vs 48 %), avec une médiane de durée de réponse plus longue (12,9 mois vs 8,7 mois). Les toxicités de grade ≥ 3 étaient plus fréquents dans le bras nivolumab (58 % vs 49 %), avec un peu plus de toxicités ayant conduit à un report ou une réduction de dose (47 % vs 39 %), sans toutefois de toxicités majeures.
 

Commentaires
 

Cette étude asiatique est positive sur son critère principal de survie sans progression mais sans bénéfice en survie globale, ce qui pourrait être expliqué par la fréquence de l’immunothérapie dans les lignes ultérieures en Asie ou le nivolumab avait déjà l’AMM. En effet, 25 % des patients du groupe placebo l’ont reçu après progression contre 11 % dans le groupe nivolumab. 


Quoi qu’il en soit, ces résultats rejoignent ceux de l’étude internationale CheckMate 649, de plus grande envergure et correspondant mieux à nos populations caucasiennes de patients (1 581 patients inclus, dont 75 % étaient non asiatiques), récemment publiée, montrant dans cette situation que le nivolumab associée à une chimiothérapie de type FOLFOX ou XELOX améliorait la survie globale (et la survie sans progression) des patients ayant un adénocarcinome oeso-gastrique avec un score positif combiné (Combined Positive Score : CPS) d’expression de PD-L1 ≥ 5 (voir GastroScoop du 19/01/2022). Suite à cette dernière étude, le nivolumab est devenu le nouveau standard dans cette indication et a obtenu l’AMM et un avis favorable au remboursement de l’HAS en association à une chimiothérapie à base de fluoropyrimidine et de sels de platine, en première ligne de traitement des patients avec adénocarcinome gastrique, de la jonction œso-gastrique ou de l’œsophage avancé ou métastatique, HER-2 négatif, dont les tumeurs ont un CPS ≥ 5. 

Références
 
Titre :

ATTRACTION-4 : le nivolumab confirme son intérêt associé à la chimiothérapie en 1ère ligne des adénocarcinomes œso-gastriques avancés

Titre original :

Nivolumab plus chemotherapy vs placebo plus chemotherapy in patients with HER2-negative, untreated, unresectable advanced or recurrent gastric or gastro-oesophageal junction cancer (ATTRACTION-4): a randomised, multicentre, double-blind...

Auteurs :

Kang YK, Chen LT, Ryu MH, Oh DY, Oh SC, Chung HC, Lee KW, Omori T, Shitara K, Sakuramoto S, Chung IJ, Yamaguchi K, Kato K, Sym SJ, Kadowaki S, Tsuji K, Chen JS, Bai LY, Oh SY, Choda Y, Yasui H, Takeuchi K, Hirashima Y, Hagihara S, Boku N.

Source(s) :

Article

Revue :

The Lancet Oncology

Références biblio. :

Lancet Oncol. 2022 Feb;23(2):234-247. doi: 10.1016/S1470-2045(21)00692-6.

Liens utiles
Lancet Oncol. : accès au texte intégral via rubrique Revues en ligne du site SNFGE pour membres SNFGE à jour de cotisations
   
SNFGE.org