JFHOD

CO.127 - Etude multicentrique prospective observationnelle sur la procédure EDGE (endoscopic ultrasound-directed transgastric ERCP) pour la réalisation de CPRE chez les patients opérés d’un bypass

P. Ah-Soune, E. Perez-Cuadrado-Robles, F. Caillol, J. Privat, M. Schaefer, G. Vanbiervliet

Introduction

Le gastric-bypass est une technique chirurgicale de prédilection dans la prise en charge de l’obésité. La perte de poids rapide est un facteur de risque connu de la maladie lithiasique biliaire. Une étude récente a comparé de manière rétrospective la réalisation d’une CPRE sur bypass soit par entéroscopie soit par création d’une gastro-gastrostomie sous écho-endosopie à l’aide d’une prothèse métallique couverte d’apposition. Le taux de succès clinique était significativement plus élevé dans le groupe EUS-GG-ERCP (100% vs 60% p<0,001) avec un temps de procédure plus court (50 vs 90 mins) et un taux de complications similaire (10 vs 6,7%) [1]. Nous présentons ici les données d’une étude multicentrique prospective française.

Patients et Methodes

Nous avons traité 12 patients de septembre 2018 à septembre 2020 dans 6 centres. L’âge moyen des patients était de 61 ans avec un sexe ratio féminin (10/12). Les indications de réalisation de la CPRE étaient une lithiase de la VBP dans 8 cas, un cancer du pancréas dans 2 cas, un syndrome de Mirizzi et une dysfonction du sphincter d’oddi. La procédure était réalisée en deux temps. La première étape consistait en la création d’une anastomose gastro-gastrique à l’aide d’un écho-endoscope thérapeutique. La poche gastrique était ponctionnée à l’aide d’une aiguille de 19 G avec injection moyenne de 250 cc d’eau pour permettre un meilleur déploiement de la prothèse. Il était ensuite inséré de manière filo-guidée et déployé une prothèse d’apposition de type Axios® (Boston Scientific, USA) de 15 mm de diamètre pour 3 patients, de 20 mm pour 8 patients et une prothèse Spaxus de 16 mm® (Taewoong Ledical, Korea) pour 1 patient. L’anastomose était de type gastro-gastrique pour 7 patients et jejuno-gastrique pour 5 patients. Le type de courant utilisé était la section pure pour 10 patients et en endocoupe pour 2 patients.  Une dilatation hydraulique de la prothèse à 18 mm a été nécessaire chez 3 patients permettant le franchissement du duodénoscope dont 2 avaient une prothèse de diamètre 15 mm. L’ensemble de la procédure était réalisé sous insufflateur à CO2. 8 patients sur 12 ont bénéficié d’une antibioprophylaxie.

Résultats

Le taux de succès technique et clinique était de 92% (11/12). Il n’y a pas eu de décès. La durée moyenne de la première endoscopie était de 44 mins et de la 2nd endoscopie de 38 mins. La CPRE était réalisée en moyenne 7 jours après la création de l’anastomose et chez un patient dans le même temps. On note deux complications soit un taux de 17%. La première est une péritonite biliaire suite à la réalisation de l’ERCP et retrait le même jour de la prothèse. La 2nd complication était un lâchage de l’anastomose gastro-jéjunale chirurgicale dû aux mouvements de l’endoscope, lié à une difficulté de franchissement du pylore et un positionnement de la prothèse d’apposition située en pré pylorique. Les 2 patients ont eu une évolution favorable après prise en charge chirurgicale. Une fermeture de la fistule gastro-gastrique fut réalisée chez 2 patients (clips et argon pour abrasion des berges). Seuls 3 patients ont eu un contrôle endoscopique de la fermeture de l’anastomose qui apparaissait complète. Au cours du suivi moyen de 112 jours aucune variation de poids ne fut constatée.

Discussion

Conclusion

La procédure EGDE sur gastric bypass est une technique efficace permettant l’accès à l’estomac exclu et donc un accès simplifié à la papille. Nous préconisons une procédure en deux temps afin d’éviter toutes complications liées au risque de mobilisation de la prothèse. L’utilisation d’une prothèse d’apposition de 20 mm permet d’éviter un geste de dilatation anastomotique.

Remerciements