JFHOD

CO.072 - Enquête de pratique multicentrique francophone internationale sur l’hydrothorax hépatique (HH) « Hep Hep » chez 450 répondants hépato-gastroentérologues (HG) ou pneumologues (PN)

J.F.D. Cadranel, I. Ollivier, J. Cadranel, T. Thévenot, E. Nguyen-Khac, C. Bureau, M. Allaire, J.B. Nousbaum, V. Loustaud-Ratti, X. Causse, P. Sogni, B. Hanslik, M. Bourlière, J.M. Péron, N. Ganne-Carrié, T. Dao, B. Maitre, N. Debzi, R. Smadhi, R. Sombié, H. Zougmoré, A.R. Kpossou, O. Nouel, S. Negrin Dastis, P. Deltenre, M. Fekih, M. Medmoun, C. Raherison, L. Elkrief, T. Le Magoarou

Introduction

L’hydrothorax hépatique (HH), est un épanchement pleural lié à l’hypertension portale (HTP) ; c'est une  affection peu fréquente posant des problèmes diagnostiques et thérapeutiques difficiles.  Buts : Recueillir les pratiques des praticiens (P) HG ou PN.

Matériels et méthodes

Les P de 12 pays francophones (4 européens) ont été invités par 10 sociétés savantes et les 12 coordonnateurs de l’étude à répondre à un questionnaire en ligne sur une période de 3 mois. Les données suivantes étaient recueillies et analysées : démographiques, expérience du répondant, type d'exercice, spécialité prédominante, pays d'exercice, connaissances sur les modalités du diagnostic de l’HH, , complications de l’HH, traitement de l’HH infecté et de l’HH « réfractaire ». Les réponses ont été colligées à l’aide d'un Google Form.

Les statistiques sont présentées, pour les variables qualitatives, en proportion et en moyenne/écart-type pour les variables quantitatives. Les tests de comparaisons entre les HG et les PN sont réalisés respectivement par test de Student ou par test du Chi-2 au risque alpha 5%.

Résultats

450 P (83% France) issus de  12 pays ont répondu à cette enquête. 75% d’HG, 18% de PN et 7% d’autres spécialités. L’âge moyen des répondants (R) était de 40.9 ans (écart-type = 12.1) et 45% des R étaient des femmes. La majorité des R (61%) travaillait en milieu universitaire et était constituée de séniors (77%).

L’HH peut être localisé à gauche pour 71% des R (73% HG vs 67% PN ; p = 0.35) ; L’HH peut exister en absence d’ascite clinique pour 93% des R  (94% HG vs 88% PN ; p = 0.12) et peut exister en absence d’ascite à l’échographie abdominale pour 66% des R ( 68% HG vs 59% PN ; p = 0.23)

Une ponction pleurale avec analyse cytobactériologique et chimique était proposée par 85% des R pour rattacher l’HH à l’HTP et une scintigraphie péritonéale par 8% des R.

Un repérage pleural échographique était réalisé systématiquement avant ponction chez 40% des R (33% HG vs 69% PN ; p <0.001)

Une radio thoracique était réalisée systématiquement avant ponction pour 73% des R (78% HG vs 55% PN ; p<0.001) et après par 74% des R (78% HG vs 62% PN ; p=0.007)

Une correction systématique  des anomalies de l’hémostase était réalisée par 20% des R ( 19% HG vs 18% PN ; p = 0.94). Après ponction pleurale une perfusion d’albumine n’était jamais préconisée par  35% des R (31% HG vs 53% PN ; p<0.001).

En cas d’empyème, 74% des R administraient de l’albumine en association aux antibiotiques (84% HG vs 30% PN ; p<0.001), 81% des HG utilisaient le protocole de « Sort et al. ».

97% des R discutaient collégialement le traitement en cas d’hydrothorax « réfractaire ».

Un drain pleural était utilisé par 36% des R (35% HG vs 31% PN ; p = 0.56) et un KT tunnélisé dans 24% (18% HG vs 50% PN ; p<0.001).

Un TIPS était préconisé, si possible, par 78% des R (85% HG vs 56% PN ; p<0.001) et la transplantation hépatique, en l’absence de contre indication, par 78% des R (86% HG vs 47% PN ; p< 0.001)

Discussion

Conclusion

Les résultats de cette enquête montrent que l’HH est mal connu. les  techniques  de diagnostic en l'absence d'ascite sont peu utilisées ;  l'échographie pleurale avant ponction est très utilisée par les P et la radiographie thoracique post ponction par les HGE ; les traitements de l HH "réfractaire" sont mal codifiés.35% des R n'utilisent jamais d'albumine après ponction ;   L'albumine  nécessaire en cas d’empyème n'est pas préconisé par 26% des R ; Le drainage pleural  est préconisé par 36% des R . La possibilité d’utiliser un KT tunnélisé est  peu connue des HG,  l’ensemble des  R considère le TIPS et la TH comme traitement de l’HH « réfractaire ».

Ces résultats conduiront le groupe de travail à des propositions auprès de leurs sociétés savantes ,  propositions adaptées aux possibilités locales. 

Remerciements

Nous remercions l'ensemble des sociétés ayant participés à cette étude : 

Cfhtp, Splf, Afef, Snfge, Angh, Cregg, Sahge, Sobuhgeed, Sbhge, Basl, societe Tunisienne de Gastroentérologie et madame Christelle Legrand pour l aide précieuse a cette étude